Banc Publi © – Musique, Numérique & Patrimoine

paulic_20110809_0021Petit moment de nostalgie, la Contremarche en 2011 créait la première édition de Banc Public :

« Il arrive que l’art et la culture revêtent des formes tellement insolites et brutales que leur sens semble perdu pour le public. Dès lors, il nous incombe d’être des donateurs de sens, des interprètes ». Julia Kristeva, Sens et non sens de la révolte, Fayard, 1996

Lien : Banc Publi © # 1

La Contremarche souhaitait proposer un événement avec une nouvelle temporalité, bien distincte de Cité Rap, avec des actions cohérentes inscrites dans le temps. Et ce dans une logique d’itinérance culturelle et de festival départemental expérimentant toutes les formes liées aux musiques électroniques et aux arts numériques.

S’appuyer sur des événements existant, qu’ils soient d’ordre culturel ou pas, en effet, Banc Publi©  devait permettre de favoriser la coopération entre les secteurs d’activité, à l’instar du KUBE. Cette logique de coopération vise à gagner en cohérence de proposition en évitant les effets millefeuilles, d’une part, et chose non négligeable, répond au double enjeu économique et « éco-loqique » des prochaines années.

Banc Publi © # 1

FORMES, nouvelles, pratiques émergentes, créations transdisciplinaires, défrichage artistique, processus… Invitation à perdre consciemment ou non ses repères et rencontrer intimement arts et nouvelles technologies. Temporalité dédiée aux cultures numériques, c’est d’abord une proposition de rendez-vous visant à stimuler l’imagination et la curiosité. Un temps idéal pour explorer de nouveaux territoires sensibles et poétiques…

NOMADES, comme le [K]ube à Saint-Brieuc, en 2009, il propose des formes voyageuses, petites ou grandes, explorant la création contemporaine et investissant pour un temps, l’espace public avec des rencontres artistiques et culturelles hors-normes.

COOPERATIVES, comme les liens qu’il entend tisser à travers ses rencontres. Favorisant l’incitation collective, défendant l’intelligence collective. Il investit les lieux publics et patrimoniaux, les transforme, les retourne, les sublime. Leur proposant d’être l’espace d’un instant le réceptacle d’un propos artistique replaçant l’individu au centre de la démarche.

2013 ?????????????????????

 

Articles similaires:

Rester correct.sas

Laisser un commentaire