La ContreMarche. Un nouveau palier à gravir

Cette année, l’association La ContreMarche devrait gravir un nouveau palier. Avec l’ambition de mener une réflexion sur le passage d’un statut associatif à un statut coopératif.

Depuis plusieurs années, cette idée lui trottait dans la tête. Désormais, l’association La ContreMarche, connue comme organisatrice des festivals Cité Rap et Electroni[K], souhaite franchir le pas: engager une vraie réflexion sur le passage, dans quelques années, d’un statut associatif à un statut coopératif.

«Générer des fonds propres»

L’association, dont l’un des champs d’action consiste à établir audits et diagnostics pour accompagner des collectivités dans l’élaboration d’une politique jeunesse, travaille de plus en plus dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Elle se retrouve confrontée «à un secteur marchand très concurrentiel», explique Patrice Hénaff, salarié de la ContreMarche. Ce statut coopératif, qui associe directement les salariés (coopérateurs sociétaires) à la gestion et qui adopte le principe démocratique «une personne=une voix», permettrait de générer des fonds propres, ce qui résoudrait les problèmes de trésorerie que connaissent souvent les associations. Reste aux membres de La ContreMarche d’en discuter avec les politiques qui les subventionnent et avec, pourquoi pas, d’autres associations, avec lesquelles elles pourraient réfléchir à une «mutualisation de moyens».

Le «Kube» primé le 29avril

Si, en 2009, La ContreMarche a accusé un déficit de 18.000 EUR, le trou se résorbe peu à peu grâce aux subventions qui arrivent et au prix que va recevoir, le 29avril, l’association: le Trophée régional de l’économie sociale et solidaire remis par le Crédit coopératif, soit 5.000 EUR pour le projet de salle éphémère («Kube») réalisée par une dizaine de demandeurs d’emplois à l’occasion du dernier festival de musiques électroniques et de cultures urbaines Electroni[K]. «Il se pourrait que le projet soit aussi primé au niveau national», se réjouit Patrice Hénaff, ce qui permettrait à l’association de décrocher une enveloppe de 10.000 EUR. «Les voyants sont au vert», s’enthousiasme le salarié qui reconnaît tout de même qu’il va falloir «maîtriser les dépenses et rechercher des partenaires, de nouveaux fonds privés».

La deuxième couronne briochine mobilisée

Une chose est sûre: l’énergie est là. Rien qu’en 2010, les projets abondent. Les festivals Electroni[K] et Cité Rap seront reconduits, respectivement début octobre et aux vacances de la Toussaint sur quelques jours chacun, mais pas toute une semaine comme par le passé. Une soixantaine de jeunes s’empareront de l’organisation à chaque fois ainsi qu’une dizaine de communes de l’agglomération avec un renforcement des projets «dans les communes de la deuxième couronne briochine», telles que La Méaugon par exemple.

Lancement du tremplin Buzz Booster

La ContreMarche organisera aussi un tremplin, sur le modèle des Jeunes Charrues, mais entièrement consacré à la musique rap. Ce tremplin, appelé Buzz Booster, permettra aux groupes d’accéder à la scène. Le lauréat 2010 pourra se produire en première partie du festival Cité Rap de 2011. Que de bonnes nouvelles!

* Isabelle Guézennec

Articles similaires:

Rester correct.sas

Laisser un commentaire